Salome-485

© Sébastien Chambert

SALOMÉ

Variation polyphonique d'Oscar Wilde

Création en janvier 2011

" Salomé est un opéra, une variation polyphonique sur le rapport entre l’art et la nature. " James Joyce

Météore dans l’oeuvre théâtrale de Wilde, Salomé fait partie des rares œuvres écrites en français par un écrivain anglophone. Elle est aussi l'un des écrits les plus représentatifs du courant décadent, avec ses intentions parodiques, ses hommages et ses grincements de dents. Les thématiques sont universelles et intemporelles : la tentation, la foi, la loi. Rongés par le désir, la démence et la haine, les personnages sont traqués dans leurs fantasmes, à l'instar de Wilde lui-même qui devra répondre devant un tribunal de son homosexualité.

" Tout ce qui est dans l'amour, dans le crime, dans la guerre ou dans la folie,il faut que le Théâtre nous le rende, s'il veut retrouver sa nécessité ".
Antonin Artaud, Le théâtre et son double

L'acteur est souvent prisonnier du sens littéral des mots, empêtré dans la syntaxe et la psychologie. Le sentiment est alors véhiculé de manière démagogique, psychologique et stéréotypée. Salomé, par l’utilisation persistante des leitmotivs, des pauses, des silences, des tirades enflammées et des violentes ruptures boulevardières, résiste à une approche psychologique ou conventionnelle. Je demande aux acteurs de se méfier de la prosodie officielle, de faire confiance à l’intensité du verbe, aux souffles musicaux mais sans posture formelle, pour rendre compte de l’isolement lunaire des personnages.

La poésie précieuse, le sarcasme fiévreux, le lyrisme incandescent et la structure de la pièce proche de celle d’un opéra sont le terrain idéal pour interroger l'art de l'acteur. Ce sont autant d'invitations au « sprechgesang » (parlé-chanté), « souffle » que je n'ai de cesse d’explorer depuis la création de la Compagnie des Dramaticules.

Jérémie Le Louët